Réduction des émissions de CO2

Il est temps de lutter contre le changement climatique! La réduction des émissions de CO2 devient urgente. Voici comment réduire votre empreinte écologique.

Lors de l’accord de Paris en 2015, nombreux états se sont engagés pour entamer une forte réduction des émissions de CO2. C’était la bonne nouvelle, parce que ça devient urgent ! En effet, trop de CO2 dans l’atmosphère accélère le réchauffement climatique.

Et selon le rapport du GIEC de 2019, cela comment à devenir vraiment urgent d’autant que les objectifs fixés en 2015 pour réduire nos émissions de CO2 sembleraient insuffisants pour limiter le réchauffement à 1,5°C (comparé à l’époque pré-industrielle).

Pour info, on vient de dépasser 1°C… Alors qu’est-ce qu’on peut faire à notre niveau de petit citoyen ?

Réduction des émissions de CO2 pour limiter le réchauffement climatique

D’où viennent le CO2 et les gaz à effet de serre

Il est maintenant clair que les activités humaines sont en cause du réchauffement climatique que nous sommes en train de vivre.

Sans y aller par 4 chemins, nos activités produisent des gaz à effet de serre  (GES) : du dioxyde de carbone, le fameux CO2, du méthane et d’autres gaz. Leur présence dans notre atmosphère conduit à un réchauffement de celle-ci. Tous les gaz n’ont pas le même effet « chauffant » donc on parle souvent d’équivalent CO2 pour mettre tous les gaz sur le même niveau.

Ces gaz ont différentes origines : combustion de pétrole ou de gaz, production de gaz par les éructations (rots) des vaches lorsqu’elles ruminent…

Globalement, et selon l’ADEME, la production des GES est due à différentes activités. Voici lesquelles et leurs proportions :

  • 25% : déplacements privés
  • 15% : chauffage de nos logements
  • 7% : chauffage de l’eau et production d’électricité pour les logements également
  • 25% : pour les activités agricoles et industrielles
  • 17 % concernent le transport des marchandises
  • 11% le chauffage et l’électricité sur nos lieux de travail.

Il ne faut donc pas croire que seules les grosses usines polluent quand on voit que la moitié de ces émissions de CO2 sont liées à nos activités privées (donc non professionnelles et industrielles).

Mais quelles sont les conséquences de ces productions de CO2 ?

Quelles sont les conséquences à craindre si on n’équilibre pas les émissions de CO2

Et là, on imagine tout de suite la banquise qui fond et les ours polaires qui se noient. Et on culpabilise (enfin, moi, je culpabilise).

Le réchauffement climatique et la faune sauvage

Réduction des émissions de gaz pour arrêter le réchauffement climatique!

Donc la première chose à laquelle on pense c’est à la fonte des glaces aux pôles et en particulier au Groenland. Et en effet, la fonte de ces glaces perturbe énormément les écosystèmes et conduit à des extinctions de nombreuses espèces animales et végétales. Il n’y a pas que les ours polaires qui en sont victimes.

Cela va du phytoplancton (algues microscopiques) qui ont du mal à vivre dans une eau un peu plus chaude et un peu moins salée (toute la glace qui fond des pôles dilue l’eau salée) jusqu’aux grands mammifères à l’autre bout de la chaîne alimentaire.

Et là, je parle des écosystèmes marins mais malheureusement les variations de températures touchent tous les écosystèmes de la planète. Il semble que nous vivons (et causons) une nouvelle extinction massive des êtres vivants de notre planète.

Le réchauffement climatique et la vie humaine

Au-delà des vies animales, le rapport du GIEC mentionne surtout les conséquences pour les humains. Elles sont nombreuses : famine, difficultés à trouver de l’eau, diminution du seuil de pauvreté.

Je vous laisse imaginer le tableau : les glaces fondent et on s’attend à une augmentation du niveau des océans de 20 à 75cm selon les prévisions et régions du monde. Certes, les Pays-Bas ont réussi à s’adapter en construisant des polders. Sauf qu’on n’est pas sûr du tout que le Pakistan ait les moyens financiers de le faire.

L’écart des richesses entre les pays va avoir des conséquences… D’ailleurs, le GIEC estime qu’un réchauffement de la température atmosphérique de 2°C au lieu d’1,5°C mettra 10 millions de personnes en plus sous le niveau de l’eau… Il va y avoir des réfugiés climatiques.

On peut dresser un autre tableau dans les régions déjà désertiques de notre planète où il va faire encore plus chaud. Et il y aussi l’augmentation du nombre de tempêtes etc…

Bref, vous avez compris l’urgence de lutter contre le changement climatique pour les générations futures. Et pour nous aussi !

Comment agir pour la réduction des émissions de CO2

J’ai pu constater que certaines personnes se lancent dans le « zéro émission de CO2 » comme on peut se lancer dans le zéro déchet. Autant le zéro déchet reste un objectif difficile à tenir, autant ne faire aucune émission de CO2 est impossible simplement du fait qu’on respire…

Mais je vais vous proposer des pistes pour équilibrer tout ça. Car il est temps de s’y mettre à titre individuel. On ne peut pas se permettre d’attendre que quelqu’un le fasse à notre place.

Déplacements

Les déplacements privés font partie des plus grosses sources de CO2. La bonne nouvelle est que si c’est entre nos mains, on peut agir et ce de façon assez simple…

Changer de mode de transport

Quand c’est possible, échangez votre voiture contre les transports en commun ou le vélo. Covoiturer est aussi une option intéressante pour réduire le nombre de véhicules sur la route pour aller travailler.

Si vous vivez loin de votre lieu de travail, demander le télétravail 1 ou 2 jours par semaine est aussi efficace car du coup, vous ne vous déplacez plus.

Pour les déplacements à plus grande distance, prendre le train pollue moins que l’avion… Et si c’est pour le boulot, transformez les réunions en téléconférences. Je sais que c’est moins interactif mais franchement, des fois, on gagne aussi beaucoup de temps à ne pas se déplacer.

Compenser quand on prend l’avion

Selon où on va, que ce soit pour le travail ou des vacances exceptionnelles, il peut s’avérer nécessaire de prendre l’avion.

Certains vous diront qu’il faut changer sa façon de voyager et qu’on peut faire le tout du monde sans prendre l’avion. C’est vrai. Une blogueuse est en train de le faire… Mais cela nécessite des conditions assez particulières que le tout un chacun (CDI avec enfants) ne peut pas faire si simplement.

Alors on prend l’avion pour aller voir son frère aux Canaries ou pour voir une fois dans sa vie le grand Canyon. Et quand on voit la note s’élever en tonnes de CO2…. On culpabilise !

Il est actuellement possible de compenser cette émission de CO2 en participant financièrement à des projets éco-responsables comme notamment des plantations d’arbres. Mais soyons honnêtes, si on paie pour faire planter des arbres qui absorberont ce CO2, les arbres mettant des années à pousser, la compensation prendra du temps. Mais au moins on a bonne conscience…

Par exemple, le site Good Planet vous permet, comme d’autres, de compenser ce CO2 émis en avion ou en voiture…

Que penser des véhicules électriques ?

C’est un sujet qui mérite une étude très complète…

En ce qui concerne les trottinettes, mon fils dit que « c’est de la triche » et que les gens devraient prendre une trottinette normale parce qu’en plus ça fait faire du sport. Pas faux !

Au-delà de ces aspects, les voitures électriques présentent un gros avantage : pas d’émission de gaz en ville ce qui privilégie la qualité de l’air. C’est certainement une des raisons pour lesquelles les vignettes crit’Air privilégient ces véhicules. Et en plus, cela relance l’industrie automobile ce qui n’est pas pour déplaire aux adeptes de la croissance économique et aux constructeurs automobiles… hum hum.

Cependant, il y a le revers de la médaille à l’électrique ! D’où vient l’électricité ? Le réseau électrique français n’est pas intégralement alimenté par des énergies renouvelables ! Et la fabrication des batteries serait aussi une belle catastrophe écologique.

Je reste donc assez mitigée à l’heure actuelle sur ces véhicules. Je me demande si acheter des voitures neuves dans une gamme 100% électrique n’est pas juste du greenwashing ? A creuser…

Régime alimentaire et émissions de CO2

Il est temps de manger plus de légumes que ça !

Voilà une autre façon de réduire nos émissions de gaz à effet de serre : changer de régime alimentaire.

J’ai déjà abordé la question dans mon article sur le flexitarisme. Et en effet, l’élevage des animaux de boucherie produit énormément de CO2. Non seulement du fait du système digestif des bovins par exemple mais aussi pour d’autres raisons comme l’utilisation de machines agricoles sur les champs de production d’aliments pour ces animaux, utilisation de pesticides issus de l’industrie pétrochimique (d’où l’intérêt de privilégier le bio au passage) etc.

Le fait est aussi que l’eau consommée et les champs utilisés pour nourrir quelques vaches pourraient nourrir tellement plus d’être humains végétariens ou flexitariens. A réfléchir quant à la famine dans le monde.

Je vous encourage donc à réduire la quantité de viande que vous consommez. Effet garanti aussi sur votre santé et votre porte-monnaie. Jetez un œil au reportage Cowspiracy. C’est édifiant.

Transport des marchandises

Faire venir un avocat du Mexique quand on habite Paris. Une banane d’Equateur quand on habite Lille. Ou encore des kiwis de Nouvelle-Zélande à Strasbourg… Ah et les vêtements et matériel électronique d’Asie aussi…

Le transport des marchandises dans le monde se fait énormément par voie maritime. Les gros cargos avec leurs containers consomment beaucoup de carburants fossiles pour rallier l’Europe depuis la Chine… Et le transport routier prend ensuite le relais via nos autoroutes…

Privilégiez le « local »

Cela semble du coup logique pour notre alimentation : manger des fruits et légumes de saison qui viennent de chez nous pollue moins. De plus, cela permet souvent de faire travailler des agriculteurs et des artisans de nos régions. Banco !

Concernant le textile, il existe aussi des marques françaises éthiques dont je vous ai déjà parlé.

Bref, essayons d’acheter français pour limiter ce coût écologique. Oui, cela risque de coûter plus cher et c’est là qu’il faut éviter les achats compulsifs et appliquer la méthode BISOU (qui s’applique aussi à d’autres choses que les fringues).

Economie circulaire

Participer à l’économie circulaire est aussi une méthode qui permet d’éviter de polluer.

Réparer au lieu d’acheter du neuf c’est moins de production de CO2 à l’échelle industrielle et liée au transport.

Acheter d’occasion, pareil !

Réutiliser, détourner, bricoler… Les possibilités sont énormes ! Pourquoi s’en priver. Cela ne plaira peut-être pas aux industriels mais la clé de la protection de notre planète est peut-être dans la « déconsommation ».

Chauffage et électricité

Une bonne partie de nos émissions de CO2 viennent de là.

Je ne vais pas entrer dans les détails que j’ai déjà abordé dans d’autres articles sur le sujet mais il est vraiment fondamental de réduire notre consommation d’énergie et d’électricité en particulier.

Mais pour résumer, mettez en place des écogestes et notamment ceux-ci qui sont assez faciles :

  • Gaz naturel, fioul ou électrique, réglez le thermostat de votre chauffage d’1°C plus bas et enfilez un pull
  • Mettez les appareils en veille sur multiprises à interrupteur et coupez le jus quand vous ne vous en servez pas.
  • Effacez les emails que vous ne relirez jamais et qui prennent de la place sur des serveurs…

Et si on faisait disparaître le CO2 qu’on produit ?

Au début de cet article, je parlais d’équilibrer le CO2 et jusqu’à présent je vous ai donné des tuyaux pour réduire vos émissions.

Et si on inventait une machine qui absorbe le CO2 ?

Des ingénieurs bossent réellement sur la question pour que des usines deviennent neutres en CO2.

Très bien.

Ceci dit, la nature a inventé quelque chose qui :

  • Absorbe naturellement du CO2
  • Produit de l’oxygène qu’on peut respirer
  • Aide à réduire l’érosion des sols
  • Produit de l’ombre et réduit la chaleur au sol
  • Emprisonne de l’humidité
  • Et peut même produire de la nourriture.

C’est magique, ça s’appelle un arbre !

Et dire que des forêts entières brûlent à l’heure où vous lisez ces lignes… Merci la culture sur brûlis et la déforestation…

Un monde plus vert !

Il est temps de rendre notre monde plus vert !

Chez nous, qu’on ait un simple balcon, une terrasse ou un jardin : plantons des plantes en pots ou des arbres selon la place dont on dispose mais s’il vous plait, ne bétonnez pas vos jardins !

Côté collectivités, encourageons nos élus locaux à planter des arbres dans les rues, dans les parcs. A prévoir des toits et des façades végétales dans les plans d’urbanisme. Cela permettrait à la végétation d’absorber le CO2 et des études ont montré que cela limiterait les canicules citadines en été.

Certaines communes profitent même du moindre mètre carré de terre pour permettre aux citoyens de faire des mini-potagers. De quoi reprendre contact avec la nature.

Les abeilles doivent être contentes dans ces villes plus vertes.

Plantons des graines !

Je ne parle pas ici de désobéissance citoyenne et de bombes à graines… C’est plutôt une métaphore pour planter des grandes dans la tête de votre entourage : parlez de vos actions, communiquez, s’investir à titre associatif (ou politique pour verdir les villes, pourquoi pas ?!).

Cet article vous plait, partagez-le!

Et comme le disait si bien Gandhi : soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.

Dit autrement, je dirai qu’il est temps de changer notre mode de vie, d’une façon intelligente avant que ce soit le climat qui nous fasse changer de mode de vie de force et pas forcément de façon très agréable !

Et vous, vous faites quoi pour la réduction des émissions de CO2 et pour baisser votre empreinte carbone ?

Isabelle, du blog UPPLP
Vous allez aussi aimer...

5 Techniques pour économiser l’eau

Isabelle
 

Fondatrice et rédactrice du blog Un Pas Pour La Planète, le blog qui vous aide à réduire vos déchets et à contribuer à la protection de l'environnement. Concernée par la nature et la pollution depuis mon jeune âge, je souhaite vous aider à changer votre façon de vivre, améliorer votre quotidien tout en prenant soin de la planète que nous laisserons à nos enfants.

Suivez les commentaires de cet article
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire!x
()
x