Compenser les émissions de CO2 après un voyage en avion : fausse bonne idée ?

le transport au coeur des émissions CO2
5/5 - (1 vote)

Vous faites des efforts au quotidien pour réduire votre empreinte CO2. Et au moment des vacances, ça se passe comment ? Entre les envies de voyage ou les déplacements professionnels, il peut nous arriver de prendre l’avion (ou la voiture) et d’émettre une quantité de CO2 qui ruinent les effets de nos écogestes. Quelques sites web vous proposeront, moyennant finance, une compensation carbone de votre trajet. Entre bonne conscience et effet à moyen terme, voyons pourquoi ce n’est pas la meilleure solution. Même si c’est mieux que rien…

Comment fonctionne la compensation carbone ?

Les arbres pour atteindre la neutralité carbone

Le principe est assez simple et séduisant pour contribuer à la neutralité carbone.

Pour un trajet donné (en avion, en voiture), un site web calcule la quantité de CO2 émise. L’unité est l’équivalent CO2 pour prendre en compte les autres gaz à effet de serre, comme le méthane par exemple.

Il vous propose alors de financer un projet qui permettra d’absorber votre CO2 émis. Sur le papier, cela semble une bonne idée. Un peu sur le principe du pollueur payeur mais qui, avec cet argent, va réaliser une dépollution.

Le calcul du CO2 émis n’est pas si transparent

Sauf que ce n’est pas si simple. Le calcul du CO2 émis est au cœur de discussions. Tous les sites web et les compagnies aériennes ne le calculent pas forcément de la même manière. La production et l’utilisation de l’énergie est systématiquement calculée mais les infrastructures (construire une autoroute, un aéroport…) ne le sont pas forcément.

Petit test :

Pour un trajet Strasbourg – Amsterdam, j’ai testé plusieurs sites et les émissions pour ce trajet en avion vont de 107 kg à 180kg eq.CO2 par passager. Au-delà du paiement associé à nos émissions, certains sites comme celui de l’ADEME affichent clairement les émissions avec d’autres modes de transport et pour le coup, la voiture serait revenue à 45kg par passager et le TGV, imbattable, à 800g.

La prochaine fois, on prend le train !

Sans entrer dans le détail des calculs, je me dis que l’essentiel est de prendre conscience de cette pollution. Et de vouloir lutter contre.

Sites de compensation carbone

Si vous voulez vous lancez, voici quelques sites web en français :

  • Good planet, Good Planet certainement un des plus célèbres. Il a été développé à l’initiative de Yann Arthus Bertrand. D’ailleurs, l’association propose d’autres projets intéressant sur au-delà de la compensation carbone.
  • L’ADEME, l’agence de la transition écologique française, a aussi le sien.
  • Pour nos voisins belges, Greentripper tire son épingle du jeu.

Quels projets permettent de compenser le carbone émis

Planter des arbres pour capter du CO2
Plantation au Brésil

Planter des arbres pour compenser le carbone

Traditionnellement, on pense que tous les projets concernent des plantations d’arbres. Et en effet, c’est souvent le cas. Les arbres sont cette capacité naturelle à absorber le CO2 et produire de l’oxygène que nous respirons. Le miracle de la photosynthèse.

Sauf que… un arbre ça met du temps à pousser. Et il faudra quelques années avant que l’arbre que vous avez financé soit capable d’absorber le CO2 que vous avez produit. Et en attendant, le CO2 fait son effet de serre.

Donc planter des arbres, c’est bien. Et il faut garder en tête que la solution n’est pas idéale car l’effet est loin d’être immédiat.

Favoriser le développement d’énergie durable

En creusant un peu sur ces sites de compensation carbone, on déniche d’autres projets. Nombre d’entre eux concernent le développement d’énergie durable. L’effet est plus rapide que la croissance d’un arbre. Le but ici est de se passer d’énergie fossile. Et donc, en produisant de l’énergie à l’aide de sources renouvelables, on évite ainsi la production de gaz à effet de serre.

Cette économie de CO2 compense celle de votre trajet.

Malheureusement, il y a encore un point faible ici : la production d’énergie verte (éolienne, photovoltaïque) induit aussi de la pollution[IGDC1]  (ce qui fera l’objet d’un autre article prochainement).

Projets d’optimisation énergétique

Optimiser les modes de cuisson pour produire moins de CO2
Quel serait l’impact d’une modification des modes de cuissons sur les émissions de CO2 mondiales??

Enfin, il y a des projets de plus petite envergure qui concernent l’optimisation de l’utilisation de l’énergie. Souvent dans les pays en voie de développement, il s’agit en particulier de modifier les techniques ancestrales de cuisson : création de fours nécessitant moins de bois (moins de CO2 émis à la combustion et moins de déforestation), utilisation de fours solaires… Reste à convertir ces populations au changement.

Autant, je trouve ces projets intéressants dans l’absolu. Autant, cela me gêne un peu d’encourager ces gens à changer leurs habitudes pour que nous, occidentaux, puissions prendre l’avion sans culpabiliser. Point de vue personnel…

La compensation carbone pour se donner bonne conscience ?

Le train, un mode de transport qui émet peu de CO2

Les projets proposés par les sites web de compensation carbone sont donc intéressants, même s’ils ne sont pas parfaits. Ils ont le mérite d’exister.

Ceci étant, cela ne doit pas être une raison, une excuse pour ne plus faire attention à nos émissions de CO2.

Se dire « Ce n’est pas grave si je pollue, j’irai payer quelques euros sur un site web et c’est réglé ».

La compensation carbone ne devrait être utilisée qu’en dernier recours après avoir :

  • Cherché une alternative moins polluante pour le trajet. Par exemple en privilégiant le train plutôt que l’avion ou la voiture.
  • Décidé de partir moins loin, lorsque c’est possible en faisant une micro-aventure près de chez vous par exemple. Après, quand il s’agit d’un déplacement professionnel, ou exceptionnel, nous n’avons pas toujours le choix.
  • Optimisé le voyage. En effet, si un de vos rêves est de gravir le Machu Pichu une fois dans votre vie, je ne vais pas vous dire de vous faire les volcans d’Auvergne à la place. Chacun ses rêves. Par contre, quitte à traverser la planète, autant le faire pour un voyage de 3 semaines sur place, histoire que ça vaille la peine. De plus et toujours dans la mesure du possible, préférez les vols directs les décollages étant les plus consommateurs de kérosène.
compensation carbone: vraie fausse bonne idée?
Cet article vous plait, partagez-le !

Et enfin, la compensation financière à nos émissions de CO2 ne doit pas nous faire oublier nos écogestes au quotidien. Car chaque émission de CO2 évitée compte dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Et pour finir, pourquoi ne pas contribuer à financer ces projets, même sans avoir fait un Paris-New York en avion ? Juste parce qu’on a envie de garder un environnement propice à la vie humaine pour les générations à venir.

Avez-vous déjà utilisé un site de compensation carbone ? Pensez-vous essayer pour limiter votre pollution lorsque les alternatives ne sont pas possibles ?

Isabelle, du blog UPPLP
Isabelle
 

Fondatrice et rédactrice du blog Un Pas Pour La Planète, le blog qui vous aide à réduire vos déchets et à contribuer à la protection de l'environnement. Concernée par la nature et la pollution depuis mon jeune âge, je souhaite vous aider à changer votre façon de vivre, améliorer votre quotidien tout en prenant soin de la planète que nous laisserons à nos enfants.

Suivez les commentaires de cet article
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire!x
()
x