3

L’électricité, ça pollue !

centrale-nucleaire-UPPLP

Mais on ne va pas s’en passer, retourner vivre au 19e siècle et s’éclairer à la bougie, même si ça peut avoir un côté romantique.

Donc oui, l’électricité, ça pollue. Enfin, c’est sa production qui pollue. C’est pourquoi il faut éviter de la gaspiller. Mais ça on en parlera une autre fois. En attendant, pour comprendre pourquoi ça pollue, il faut comprendre comment l’électricité est produite.

Comment l’électricité est-elle produite ?

Sans rentrer dans les détails physiques de la production d’électricité, il existe différentes techniques pour la faire arriver sur notre réseau d’électricité.

On peut les classer en 2 grosses catégories : renouvelable et non-renouvelable.

Energie non-renouvelable :

centrale-nucleaire-UPPLP

Il s’agit des productions qui utilisent des matières premières qui sont des ressources planétaires comme le pétrole (énergie fossile), le gaz, le charbon et les sources de radioactivité pour le nucléaire. Elles sont non-renouvelables car quand on aura tout utilisé, il n’y en aura plus…

En pratique comment ça marche : on brûle cette matière première (pour le pétrole ou fioul et pour le gaz) ou on utilise la fission nucléaire. Les 2 produisent de l’énergie ou beaucoup d’énergie pour le nucléaire. Cette énergie est, pour faire très simple, convertie en électricité.

Energie renouvelable :

eoliennes-UPPLP

Dans ce cas, il s’agit de récupérer de l’énergie naturelle pour la convertir en électricité. Ainsi, on utilise la force du vent avec des éoliennes, la lumière du soleil, la géothermie utilise la température terrestre. L’énergie hydraulique utilise la force de l’eau dans des barrages ou en profitant des marées en Atlantique par exemple. Et ces ressources-là ne sont pas épuisables (peut-être dans des millions d’années, mais on n’en est pas là !).

 

 

En France, voici comment notre électricité est produite:

mix-energetique-france-2016-UPPLP

Source: Réseau de Transport d’Électricité (Bioénergies = Biogaz, Biomasse, Incinération)

Parmi toutes ces modalités de production, lesquelles polluent le moins ?

Electricité, pollution et réchauffement climatique

Des microparticules

L’électricité produite par combustion (fioul, gaz, charbon) produit des microparticules atmosphériques qui polluent l’air que nous respirons. Ça, c’est déjà un problème.

Les gaz à effet de serre

Le deuxième problème de l’électricité est que sa production produit des gaz à effet de serre. Elle participe donc au réchauffement climatique.

Les gaz à effet de serre, dans ce cas, vont surtout être du CO2 (lors des combustions) et de la vapeur d’eau pour le refroidissement des usines, en particulier des réacteurs nucléaires.

Pour pouvoir comparer les énergies entre elles, les spécialistes en énergétique ont créé une unité : l’équivalent CO2. Et dans le cadre de l’énergie, elle est rapportée à l’énergie produite donc un équivalent CO2 par kWh.

Donc, pour évaluer la quantité d’équivalent CO2/kWh, il faut tout prendre en compte :

  • création des usines, des éoliennes, des panneaux solaires, des barrages….
  • extraction des matériaux
  • production des gaz à effet de serre
  • et les pertes sur lignes électriques.

emissions-CO2-UPPLP

Source : Etude ACV – DRD, extrait de la Revue Générale Nucléaire N°1/2000

Si on regarde les données disponibles, ici des données issues de l’étude ACV-DRD, l’énergie hydraulique et nucléaire arrivent au top du classement des énergies produisant le moins de gaz à effet de serre !

champ-de-panneaux-solaires-UPPLP-unsplash

Ah bon ? On croyait que les panneaux solaires c’était une bonne solution ?

Le problème des panneaux solaires c’est leur technologie : leur fabrication nécessite des matières premières rares. Et ne parlons même pas de leur recyclage !

 

Le problème du nucléaire :

En termes d’écologie et d’impact sur l’environnement, le problème majeur du nucléaire, c’est la consommation d’eau qui est élevée. En effet, il faut beaucoup d’eau pour refroidir les réacteurs nucléaires qui montent en température.

Et d’où vient cette eau ? Elle est prélevée dans la nature et en grande quantité. Du coup, cela a un impact sur l’eau disponible, notamment en cas de sécheresse, pour autres utilisations. Cela pose aussi un problème pour les organismes vivants sur les sites de prélèvement de ces eaux.

Une fois utilisée, cette eau chaude du fait de son usage, certes propre et non radioactive est rejetée dans la nature. Des variations de température et de pH mettent en danger des écosystèmes avec des croissances d’algues et autres modifications négatives de l’environnement.

 

Les déchets radioactifs

Les risques radioactifs sont faibles en routine. Des tests et mesures ont été faits par l’Autorité de Sûreté Nucléaire qui montrent que la France n’est pas contaminée sur le plan radioactif.

Le plus gros danger est lié aux accidents des centrales qui induisent des dégâts majeurs pour l’environnement et la santé. Comme ce fut le cas à Tchernobyl et à Fukushima, événements qui poussent à l’abandon du nucléaire et donc à la transition énergétique.

 

Une solution : Passer à l’énergie verte

energie-verte-upplp

Dans le cadre de la transition énergétique, l’idée est de faire évoluer le « mix énergétique », soit la répartition des différentes sources d’énergie dans le camembert. Et donc d’aller vers un maximum d’énergie renouvelable (éolienne, hydraulique, biomasse et photovoltaïque) par rapport au reste (nucléaire, gaz, charbon).

A chacun d’entrer dans la transition énergétique pour réduire son empreinte carbone.

 

C’est pourquoi les fournisseurs d’énergie proposent maintenant de passer à l’énergie verte. Comme son nom l’indique, il s’agit d’énergie se voulant plus écologique.

Ces forfaits permettent donc de s’engager contre le réchauffement climatique. Les fournisseurs s’engagent de leur côté à une totale transparence sur l’origine de l’électricité. Et cerise sur le gâteau, les tarifs sont plus bas que l’électricité « normale ».

On a tout à y gagner !

 

 

Pour conclure, toute production d’électricité pollue plus ou moins avec des conséquences différentes selon la méthode de production.

La question est plutôt au final de savoir s’il est raisonnable de produire autant d’électricité.

Il est certainement temps de changer notre façon de faire, de vivre, de consommer de façon générale et de réduire notre consommation d’électricité en particulier. Je vous en reparlerai dans un autre article.

 

En attendant, pensez à soutenir les énergies renouvelables. Allez-vous changer de contrat chez votre fournisseur d’électricité ?

Dites-moi ce que vous en pensez en laissant un commentaire.

 

Isabelle
 

Fondatrice et rédactrice du blog Un Pas Pour La Planète, le blog qui vous aide à réduire vos déchets et à contribuer à la protection de l'environnement. Concernée par la nature et la pollution depuis mon jeune âge, je souhaite vous aider à changer votre façon de vivre, améliorer votre quotidien tout en prenant soin de la planète que nous laisserons à nos enfants.

3
Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Suivez les commentaires de cet article  
plus récents plus anciens
Me notifier des
Robert
Invité
trackback

[…] à cause de l’électricité qu’ils consomment. Or, produire de l’électricité génère du carbone, sans parler des effets du nucléaire en particulier (qui utilise beaucoup d’eau et crée des […]