Choisir ses protections périodiques écolos

Marre de polluer avec des serviettes hygiéniques et des tampax? Voici des alternatives pour des protections menstruelles écolos et zéro déchet

Aujourd’hui nous abordons un sujet parfois tabou : comment gérer nos règles en mode zéro déchet. Quelles protections menstruelles choisir ? Je vous présente quelques alternatives écolos aux tampons et serviettes classiques.

Messieurs ne partez pas, vous pourrez comprendrez peut-être de quoi parle votre moitié quand elle vous demande d’aller acheter des tampax au supermarché. Et, mieux encore, peut-être qu’elle n’en achètera plus et vous serez libéré de cette corvée. Et elle aussi…

Vous n’avez pas envie de lire? Cet article a aussi fait l’objet d’une vidéo ICI.

Protections menstruelles ou hygiéniques ?

Je n’aime pas les appeler protections hygiéniques, hygiène féminine… comme si c’était sale d’avoir ses règles. Concept un peu féministe de ma part, j’avoue…. Donc on va parler de protections menstruelles car avoir ses règles est naturel ! Même si cela nécessite justement un peu de protection pour ne pas tâcher ses vêtements.

Comment on gère ses règles en mode zéro déchet ?

Abandonner les solutions conventionnelles

Dans les années 60-70 c’était une révolution pour les femmes d’avoir des tampons et des serviettes hygiéniques 😉 jetables mais clairement il va falloir arrêter de produire autant de déchets. Pourquoi ?

Les serviettes hygiéniques et tampons jetables : ça pollue !

Moi aussi j’en ai porté longtemps avant de savoir que des alternatives existaient jusqu’à ce que je réalise qu’une serviette met jusqu’à 500 ans à se dégrader dans l’environnement. Pas génial…

Qui, ici, n’a jamais vu d’applicateurs de tampons perdus sur une plage ? derrière un buisson ?

Ce sont des déchets qu’il faut absolument arrêter de produire !

Côté composition, ça donne quoi ?

Je vous laisse deviner la réponse…

La composition des tampons et des serviettes est clairement douteuse. Même si la composition doit être écrite sur les emballages, les ingrédients ne sont clairement pas tous écrits : plastiques, résidus de produits chimiques…

Et côté absorption, il s’agit essentiellement de coton dont on sait (comme pour les vêtements) que la production est très consommatrice d’eau et de produits chimiques sauf si vous achetez des tampons et serviettes bios. Ça existe mais cela produit quand même des déchets.

L’idée est vraiment d’arrêter d’utiliser des produits jetables à usage unique pour passer à des formes beaucoup plus durables.

Au fait, combien ça coûte les protections menstruelles ?

Alors outre l’aspect déchet, il y a aussi l’aspect financier…

Je ne veux pas entrer dans le débat de la TVA sur ces produits de nécessité pour les femmes. Ni dans le sujet concernant leur gratuité pour une équité homme/femme…

Mon conseil est simplement d’arrêter les protections jetables pour des raisons financières. En effet, on estime que pendant toute sa vie, une femme utilise environ 10 000 protections menstruelles, ce qui va monter à une somme d’environ 1500 à 2000 € pendant une vie !

C’est juste énorme si on peut s’en passer pourquoi pas… Les alternatives que je vais vous présenter aujourd’hui sont clairement vite rentabilisées.

Donc on a des options zéro déchet pour la gestion de nos règles. Voici 4 – 5 solutions …

La méthode un peu trash : les tampons fait-maison au crochet

des tampons au crochet ?
Tampons au crochet (Pinterest)

Fabriquer soi-même ses tampons au crochet ? Je trouve ça un peu trash. Je suis sûre que vous pouvez trouver des tutos sur internet pour crocheter ce genre de tampons. Je vous en parle juste à titre anecdotique…

On parle souvent du choc septique avec les tampons classiques qu’il faudrait être super prudente avec ce genre d’option.

Bref, je ne conseille pas forcément cette protection menstruelle. Sachez que ça existe. S’il y a des adeptes, on prendra volontiers votre témoignage en commentaire 😊

Le flux instinctif libre

Pour les plus courageuses, les plus entraînées, celles qui comptent se muscler le périnée à fond : essayez le flux instinctif libre !

Il s’agit de contracter les muscles du périnée pour garder le flux à l’intérieur. Et décontracter pour le faire sortir quand on va aux toilettes.

L’idée est intéressante. Comme je suis curieuse, j’ai essayé. Ça a été un fiasco pour ma part… Mais, avec de l’entraînement, il y a des personnes qui arrivent. Donc pourquoi pas ?! ça peut être une option qui offre une certaine liberté …

Les serviettes hygiéniques lavables

La serviette hygiénique lavable, une option pour des règles zéro déchet
Serviettes hygiéniques lavables (Pinterest)

Comme pour les couches lavables des bébés, il y a un gros a priori : il va falloir les laver. C’est dégoûtant. Dégradant. On va pas revenir au temps de nos grands-mères au lavoir ?! ça va consommer plus d’eau ? Plus d’énergie ? ça va prendre du temps, qu’on n’a déjà pas en quantité…

Eh bien, comme tout a priori, il est normal d’avoir des craintes sur ce qu’on ne connait pas, mais il ne faut pas s’en faire une montagne non-plus.

Les serviettes hygiéniques lavables ne sont pas des espèces de vieilles langes…

Les serviettes hygiéniques lavables modernes sont vraiment quelque chose de bien pensé. Vous pouvez les acheter ou les faire vous-même.

Elles sont constituées de 3 épaisseurs de tissu :

  • un tissu enduit : il permet d’avoir de l’étanchéité pour protéger les vêtements
  • une épaisseur absorbante : cela pourrait être du coton qui voudra bio de préférence ou même de fibre de bambou (bio aussi)
  • la dernière couche : sur un voile de protection qui est en contact avec vos parties intimes.

Elles sont habituellement pourvues d’ailettes et de boutons pressions qui permettent de les fixer à votre lingerie mais aussi à les emballer une fois sales pour les rapporter chez soi en toute sécurité.

Vous pouvez les acheter toutes faites ou vous pouvez les faire vous-même ! Les deux sont bonnes pour la planète car le lavable réduit les déchets.

Faire ses propres serviettes menstruelles :

J’aime bien l’idée de les faire moi-même notamment pour recycler du tissu qu’on a déjà à la maison.  

Je ne suis pas une experte en couture mais en suivant des tutos, ça m’a permis d’avoir des serviettes sur mesure : adaptées à mon anatomie et à mon flux. Je les ai depuis maintenant 4-5 ans et elles tiennent le coup.

Il en faut combien ?

A l’heure actuelle, j’ai des protège-slips qui viennent en soutien à ma cup (dont je parle plus loin), des modèles intermédiaires et un grand pour la nuit.   Donc je tourne avec 5 serviettes en complément de ma cup mais si vous les utilisez uniquement comme protection, il en faudra certainement plus pour faire un roulement en fonction de vos fréquences de lessives et méthode de séchage.

Comment nettoyer ses serviettes hygiéniques lavables ?

Alors, c’est ultra simple… Un rinçage sous l’eau du robinet et hop en machine avec le linge ! Tous les deux-trois cycles (selon usage), je les fais tremper dans un bain de percarbonate. Le peroxyde d’hydrogène va permettre d’éliminer les tâches de sang restantes. Voilà, c’est pas quelque chose de dégoûtant, c’est quand quelque chose de dégradant.

Côté consommation d’eau, même combat que pour le papier toilette, le lavage doit consommer moins d’eau que la fabrication de produits jetables, qui plus est en coton.  

De plus, les serviettes vont avec le linge dans la machine donc pas des masses de travail supplémentaire. 

Les culottes de règles

la culotte de règles, une option pour des règles zéro déchet
Culotte de règles (Fempo)

Il existe une autre option si vous cherchez une alternative à la serviette hygiénique jetable, c’est la culotte la culotte de règles.

Je l’ai pas essayée, mais pourquoi pas un jour ?! Elle a l’air d’une chouette protection menstruelle non jetable surtout pour celles qui ne seraient pas à l’aise avec la cup.

Ceci dit on a on en voit de plus en plus, il y a énormément de marque qui en fabriquent. Je vous conseille la encore de privilégier des marques éthiques, locales et qui vont travailler avec des produits bio.

A titre d’exemple, voici quelques marques Françaises : Rejeanne, Fempo, Elia, La Culotte Parisienne…

S’il y a des utilisatrices, partagez votre expérience en commentaire.

On trouve aussi des tutos pour celles qui veulent les faire elles-mêmes. Un petit tour sur Pinterest où je vous ai déniché quelques épingles sympas.

La coupe menstruelle ou cup

la cup, une option pour des règles zéro déchet

Donc, cette dernière option parmi les protections menstruelles écolos est celle que je trouve super pratique. C’est la coupe menstruelle.

La cup fait son apparition depuis quelques années alors que ce n’est pas quelque chose de nouveau. La coupe menstruelle existe depuis les années 60. Les modèles modernes ont l’air beaucoup plus confortables avec du silicone chirurgical au lieu de caoutchouc.

Le principe est d’aller récolter le flux directement à sa sortie au niveau du col et de la vider lorsque « la coupe est pleine ».

L’application peut faire peur. C’est l’occasion de se connaître, de connaître son corps. On se détend, on suit le mode d’emploi et tout se passe bien.

Côté hygiène, quand vous mettez un tampon vous vous laver les mains avant et après. Avec la cup, c’est exactement pareil, il n’y a pas de côté sale. Après, il ne faut pas se leurrer, c’est comme mettre un tampon sans applicateur, vous aurez un peu de sang sur les doigts. Donc, on se lave les mains…

Comment choisir sa coupe menstruelle ?

Pour que cette nouvelle expérience soit une réussite, il faut vraiment choisir en fonction de votre flux mais aussi en fonction du fait que vous ayez déjà eu un enfant ou pas. En effet, cela va avoir un impact sur la tonicité de votre périnée qui viendra tenir la cup.

A la bonne taille, une fois qu’elle est en place : on est tranquille pendant des heures.

Une coupe menstruelle, ça s’apprivoise…

Il faudra compter 2 à 3 cycles pour bien s’adapter, apprendre à la manipuler confortablement. C’est aussi important pour connaître le rythme pour la vider selon son flux. Pendant ces tests, il est utile de combiner avec un protège-slip.

Une fois qu’on a vraiment pris l’objet en main, c’est du confort absolu. Et comme avec tout objet réutilisable, on dit adieu à la charge mentale. Plus besoin de se demander s’il faut en racheter vu qu’elle est toujours là 😊  Il y a juste à la nettoyer et c’est reparti.

Comment nettoyer sa cup ?

Je reviens sur le risque de choc septique lié au port de tampon, il existe aussi pour la coupe. Il est important de se laver les mains avant et après. De la vider et de la nettoyer régulièrement (suivre le mode d’emploi, non on ne la garde pas 24h…) 

En gros, il faut :

  • rincer entre chaque utilisation quotidienne (je fréquente beaucoup les toilettes pour handicapés pourvus d’un lave-main). Si je me trouve dans un endroit comme des toilettes publiques sans accès au lave-main, je l’essuie simplement après l’avoir vidée…
  • au moment de la douche quotidienne, je la lave au savon et je la rince bien avant de la remettre.
  • En fin de règles, je la stérilise (suivez le mode d’emploi, dans une casserole avec de l’eau à ébullition en général. Il existe aussi des stérilisateurs pour cup, mais bon, faisons simple.)
  • Tous les deux – trois cycles, ma cup prend un bain dans du percarbonate pour éliminer les quelques résidus de sang.

Quelques petits avantages supplémentaires de la cup :

Au niveau de la rentabilité financière, quand on achète une cup, on est tranquille pour 10 ans…

On peut la porter pour faire du sport, pour aller à la piscine.

Marre de polluer avec des serviettes hygiéniques et des tampax? Voici des alternatives pour des protections menstruelles écolos et zéro déchet
Cet article vous est utile, partagez-le !

J’espère que ça vous aura donné envie d’essayer des alternatives aux serviettes hygiénique jetables et à passer à des protections menstruelles lavables. Et si c’est déjà le cas, partagez votre expérience en commentaire. 

Isabelle, du blog UPPLP
Summary
Choisir ses protections périodiques écolos
Article Name
Choisir ses protections périodiques écolos
Description
Marre de polluer avec des serviettes hygiéniques et des tampax? Voici des alternatives pour des protections menstruelles écolos et zéro déchet
Isabelle G.
Un Pas Pour La Planete
Un Pas Pour La Planète
Isabelle
 

Fondatrice et rédactrice du blog Un Pas Pour La Planète, le blog qui vous aide à réduire vos déchets et à contribuer à la protection de l'environnement. Concernée par la nature et la pollution depuis mon jeune âge, je souhaite vous aider à changer votre façon de vivre, améliorer votre quotidien tout en prenant soin de la planète que nous laisserons à nos enfants.

Suivez les commentaires de cet article
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire!x
()
x