Maroquinerie écoresponsable et Made in France : Rencontre avec Nodie’s

Vous cherchez une marque de maroquinerie écoresponsable française? Venez rencontrer Nodie's qui vous propose des sacs et accessoires urbains.

Aujourd’hui nous allons parler de maroquinerie écoresponsable pour cela je vous propose de rencontrer Tine qui a fondé la marque Nodie’s.

Vous savez tous qu’il est très important de soutenir nos jeunes marques françaises et d’autant plus celles qui entrent dans une démarche écoresponsable.

Si vous préférez entendre nos douces voix, écoutez l’interview sur youtube ci-dessous. Sinon, c’est parti pour un peu (beaucoup, on est bavardes 🙂 ) de lecture.

Tine, je te laisse la parole si tu peux te présenter nous dire qui tu es.

Bien sûr avec plaisir donc je suis Tine Collard fondatrice de la jeune marque Nodie’s. J’ai travaillé pendant 9 ans dans la maroquinerie de luxe et aujourd’hui je souhaite développer une jeune marque qui propose de la maroquinerie écoresponsable et de qualité bien évidemment et accessible surtout. C’est ma priorité pour cela j’ai besoin et envie de croire en une mode plus responsable et plutôt fabriquée localement et je pense que c’est le plus important aujourd’hui.

Nodie’s existe depuis combien de temps ? Comment as-tu lancé cette aventure ?

Nodie’s a fêté ses 1 ans d’existence sur le marché le 14 juillet 2020. C’est évident que lancer sa propre marque c’est plutôt une grande aventure. Il faut pouvoir trouver son identité, mettre en avant des valeurs fortes, fidéliser ses fournisseurs et conquérir ses clients.

J’ai eu besoin d’une grosse motivation et d’un engagement à tout épreuve et encore plus à l’heure actuelle.

Avant la présentation sur le marché, il y a eu une phase de développement de marque : cela passe par toutes les étapes de l’identité jusqu’à la mise en avant sur le marché. Cela a pris au moins un an et demi avant d’être vraiment positionné et de pouvoir développer sa marque directement sur le marché.

Avant d’avoir des produits à présenter à tes clients, as-tu créé beaucoup de prototypes ?

Léo-Paul, l’ambassadeur de Nodie’s

D’abord j’ai commencé avec un produit qui a défini l’identité de la marque et qui est même  l’emblème de la marque : c’est le nœud pap’ Léo Paul qui est réversible.

Je l’ai choisi lui parce qu’il avait cette cette capacité de s’adapter un peu partout et je voulais surtout le sortir de son contexte classique où on va le porter pour de grandes occasions. L’idée était de le faire devenir un accessoire plutôt quotidien. Donc il a cet avantage-là de pouvoir s’adapter à l’originalité et à la création.

Puis j’ai établi toute une gamme de maroquinerie avec des sacs tote bags.

On peut définir Nodie’s comme une marque urbaine. C’est donc ça le lien conducteur de chaque produit : il est créé pour une utilité et pour s’adapter au quotidien.

Après il y a eu les accessoires qu’ils sont arrivés, porte-cartes et bracelets, notamment et qui m’ont permis d’optimiser les découpe de cuir et d’aller le plus loin possible dans l’utilisation des matières en évitant le gaspillage.

Comment as-tu sélectionné tes fournisseurs ?

Justement pour avoir des matières premières de qualité qui correspondent à des valeurs de recyclage de produits, à des valeurs plus éthiques ?

Nodie’s a choisi le cuir up cyclé pour ses créations.

Ça a été l’étape la plus importante dans tout le processus de mise en place de la marque : j’ai choisi d’utiliser du cuir up cyclé.

C’est un cuir issu des lots dormant de grandes tanneries de maisons de luxe françaises. Mes fournisseurs principaux sont Adapta Paris et les Tanneries Roux, qui se situent juste à côté des ateliers Nodie’s.

Adapta Paris est une jeune entreprise qui a un an et demi – 2 ans, qui a pratiquement commencé en même temps que Nodie’s et qui s’est vraiment adaptée à cette nouvelle façon de consommer la matière. Elle s’est spécialisée dans la distribution de cuir up cyclé.

Ces cuirs, est-ce qu’ils sont issus d’animaux élevés en France ?

Je sais que c’est toujours un peu délicat de parler des animaux qui vont fournir leur cuir mais soyons honnêtes : cela vient de là. Est-ce que c’est du cuir français ? Est-ce qu’il est tanné en France ?

Effectivement cela reste une grande question par rapport à l’utilisation de la matière. L’idée est de pouvoir créer une économie circulaire : on consomme de la viande. Aujourd’hui il s’agit plutôt de veau ou de vachette dont les peaux sont transformées pour arriver dans l’industrie du cuir notamment de la maroquinerie ou de la chaussure.

Cela évite le gaspillage d’utiliser des stocks dormants.

Je peux comprendre qu’il y ait des gens qui ne souhaitent pas utiliser de cuir animal. Cela rentre dans des convictions qui sont d’un autre débat.

Nodie’s a aussi une gamme vegan!

Ana, la pochette en piñatex

J’utilise aussi des matières qui viennent de nos propres déchets de consommation grâce au piñatex qui est une matière très innovante à base de feuilles d’ananas. Les ananas sont  consommés, on récupère leurs feuilles, on les défibre et on en fait une matière qui même à l’usage est plus solide que du cuir animal.

Alors bien sûr le piñatex n’est pas fabriqué en France. Il y a une forte culture de l’ananas dans les Philippines. Il est transformé là-bas et il finit sa transformation en Italie. Ensuite les intermédiaires s’arrêtent là et c’est envoyé directement en France.

On commence à le voir timidement arriver. Certaines marques se sont imprégnées du piñatex. Elles vont véhiculer seulement celui-ci dans leur gamme.

Pour Nodie’s, j’ai choisi de l’intégrer dans une gamme végane. Ainsi, nous proposons deux gammes différentes qui sont opposés éthiquement parlant. On va avoir le cuir animal et le piñatex qui à la base a été créé pour remplacer le cuir animal. Le fait d’utiliser un cuir up cyclé animal de fabrication française nous permet d’avoir actuellement deux gammes en utilisant aussi le piñatex. Cela entre vraiment dans nos valeurs pour une maroquinerie écoresponsable!

Si tu dois créer un nouveau sac…

Peux-tu nous raconter sa petite vie, son histoire? Que va-t-il se passer de sa conception à sa livraison chez moi ?

Je dessine le modèle le plus souvent directement sur mon logiciel 2D sur l’ordinateur. Cela me permet de découper l’ensemble des morceaux sous forme de carton et d’avoir un premier volume à observer. Je vais constituer le puzzle en carton et j’arrive à avoir un volume sans gaspiller de matière en soi.

Ensuite, je fais les modifications nécessaires une fois que ce volume est observé, comme une dimension à rétrécir, une poche à déplacer.

Une fois que j’ai fait ces premières modifications nécessaires, je vais fabriquer le premier sac en cuir qui va être une maquette. Elle va subir plusieurs tests, notamment d’usage : par exemple, je vais l’alourdir en mettant beaucoup de choses à l’intérieur pour évaluer sa déformation. Je fais ça pendant un certain laps de temps qui va de 15 jours à un mois en fonction de l’usage futur, selon que cela reste un accessoire ou un sac du quotidien.

En parallèle, j’aurai travaillé sur le choix des couleurs, de la matière du positionnement du jean que j’utilise régulièrement dans toute la collection. C’est du jean qui est local aussi et made in France créé par la marque 1083.

Arrive alors la phase de production. A ce moment-là, si je m’aperçois qu’il y a des détériorations, d’autres modifications à faire, je le fais tout de suite et ensuite je fais la première production.

Je sors une série de produits. Il va être baptisé : je vais lui donner un prénom et il rentre officiellement dans la collection. Il est présenté sur les réseaux sociaux et sur le site Nodie’s.

Et j’observe les premiers retours des clients sur ce produit à vendre.

Est-ce que tu fabriques à la demande ou tu prévois un petit stock ?

Marius, les porte-cartes

En général je vais fabriquer au moins 1 produit par couleur. Je vais le présenter et voir les retours sur les réseaux sociaux. Ils vont me permettre de véhiculer des questions. J’aime beaucoup la transparence avec mes clients avec les nouvelles personnes qui vont commencer à suivre la marque. Je vais donc prendre en considération ces retours pour les prochains produits. Par exemple, pour voir quelle couleur va être beaucoup plus appréciée et je vais adapter la production.

L’idée est aussi de rester en flux tendu : je ne vais pas faire une grosse production. Il ne va y avoir que quelques produits. L’idée du up cyclé c’est aussi ça ! En effet, quand j’utilise une couleur, je vais avoir un nombre limité de peaux pour faire un nombre de sac illimité lui aussi. Et ensuite je passerai à une autre couleur par exemple un autre rouge qui sera un peu différent. Cela permet au client d’avoir un sac qui est presque unique !

Donc le retour de mes clients me permet d’adapter les coloris en fonction de ce qui a été apprécié. Cela va donc avoir une influence sur mes achats de fournitures.

Une marque de maroquinerie écoresponsable propose-t-elle un service après-vente ?

Je souhaite longue vie à tous les sacs que tu fabriques. Ils ont l’air très durable dans les deux sens du terme. Et si jamais au bout de quelques années, il y a des traces d’usure. Comment est-ce qu’on peut envisager des réparations ? Si Nodie’s ne propose pas de prise en charge, est-ce qu’on peut faire appel à des artisans comme une couturière ?

Tout va dépendre de la façon de vieillir du sac. Il y a l’usure du quotidien, du fait de la manipulation. Une usure liée au temps. Il est évident que Nodie’s ne pourra pas prendre en charge cette réparation.

Quand je mentionne une prise en charge, il ne s’agit pas forcément d’une prise en charge financière ou d’une garantie. Est-ce qu’un service après-vente est prévu pour faire des réparations, même payant, ce qui serait normal?

Il est important de pouvoir être présent pour ce genre de problématique. Il est évident que malgré tous les tests faits avant, il peut y avoir une fermeture éclair défaillante, un bouton pression qui saute. On n’est jamais à l’abri. Dans ce cas, le client n’y est pour rien et a confiance en la marque. Il est donc normal qu’on assume ce type de petits travaux. Nodie’s reste donc très accessible, à échelle humaine. On est là pour faire une réparation.

Après, si le produit a 20 ans et qu’il a été fortement utilisé…

Nodie’s est là pour véhiculer les soins sur le cuir et les conditions d’entretien. Quel type de crème pour quel cuir par exemple. Les produits sont protégés dans un sac en coton naturel bio pour permettre de protéger son produit lorsqu’il n’est pas utilisé. Cela le protège de la lumière, de toutes les agressions qui peuvent arriver. Cela permet de le ranger sans qu’il ait de plis ou de problèmes de placement. Nodies accompagne ses clients pour des sacs vraiment durables. La maroquinerie écoresponsable doit aussi passer par là.

Question cash : que dirais-tu à quelqu’un qui te dirait que tes produits de maroquinerie écoresponsable sont trop chers comparés à la grande distribution ?

Les bracelets Lili-Sam

C’est la vraie question surtout pour une jeune marque. L’idée est de pouvoir rester accessible pour le plus large panel de clients.

Aujourd’hui, il faut changer nos façons de consommer : consommer moins mais mieux ! C’est le but de toutes les jeunes marques qui arrivent sur ce marché de la maroquinerie écoresponsable et qui se placent dans le Made In France.

On choisit les circuits courts, on diminue les intermédiaires, on favorise la fabrication française. Mais fabriquer français ça a un coût qui est plus onéreux que dans d’autres pays même voisins comme l’Italie, l’Espagne ou le Portugal. Ils ont un vrai savoir-faire et se positionnent un peu plus bas que nous en termes de coûts de fabrication. Et pour arriver à pallier ça, on optimise le développement et la fabrication du produit. On cherche des facilités de fabrication par exemple en diminuant le nombre de poches et cela permet d’avoir un prix plus accessible.

Nodie’s propose aussi des solutions de paiement adaptés avec le 3x sans frais pour les produits les plus chers de la gamme comme les deux tote bags par exemple.

Quand on achète un sac de qualité, on est dans l’idée de changer notre façon de consommer : avoir un objet qu’on va aimer, qu’on va avoir envie de porter tous les jours. Il sera plus cher mais il nous accompagnera plus longtemps aussi. Plutôt que d’acheter 5 ou 10 sacs en grande distribution qui auront en plus été fabriqués dans des conditions qui ne sont pas forcément éthiques.

Il faut simplement se poser la question « comment est-ce qu’on peut mieux consommer ? »

Ça fait travailler à une échelle locale. C’est aussi une manière de faire évoluer la fabrication Made In France pour trouver des solutions pour s’adapter au portemonnaie du client. Cela permet de conserver notre savoir-faire et une qualité de fabrication.

C’est tout un processus, une nouvelle façon de penser. Si tout le monde arrive à trouver un équilibre dans la consommation et on peut arriver au bout de quelques années sur des prix plus élevées mais une qualité plus durable.

Nous devons devenir des consommateurs en transition.

Et si je devais choisir un de tes sacs, tu me proposerais lequel ? Quelle est ta création préférée ?

Léo-Paul, le nœud pap’

J’avoue que j’ai beaucoup d’amour pour Léo-Paul le nœud papillon car il est l’ambassadeur de la marque. Il permet d’aller plus loin dans l’imagination, dans la création. Il est facile à placer dans des collaborations avec d’autres jeunes marques ou des artistes avec lesquels Nodie’s aime échanger.

Andy, le mini tote-bag rose poudré!

Après, il y a eu un vrai engouement pour Andy, le tote-bag. Il a le bon volume. Il a eu beaucoup de succès depuis sa sortie et il continue sur son chemin de star de Nodie’s.

En tous cas, je retournerai faire un petit tour sur le site nodiesofficiel. Et j’avoue que le nœud pap’ me fait de l’œil. J’aime bien l’idée de porter quelque chose de différent et dans un contexte différent aussi.

Soyons complètement Nodie’s !

Oui, Nodie’s souhaite aussi véhiculer l’idée de rester soi-même tout en ayant le choix d’être plus original certains jours. Si on a envie de tester quelque chose de nouveau parce qu’on n’a pas l’habitude de porter ce genre d’accessoire, je pense bien-sûr au nœud pap’, c’est l’occasion. Ça permet de s’assumer, d’être soi-même et de faire découvrir aux autres cette autre facette de soi-même. Et depuis le début de la création de Nodie’s, il y a la phrase qui revient : devenir COMPLèTEMENT Nodie’s ! C’est avoir ce petit grain de folie, de l’assumer car on mérite tous d’être soi-même !

Superbe message que tu nous apporte.

Avant de nous quitter as-tu quelque chose à ajouter ?

Un grand merci pour cette mise en lumière de notre jeune marque de maroquinerie écoresponsable. Et courage aussi car nous accompagnons toutes les boutiques qui nous font confiance par rapport aux moments que nous vivons tous (Ndlr : pendant le confinement de novembre 2020). Il faut garder la motivation et le positif. Je souhaite à Nodie’s de continuer à se développer, et je ferai en sorte qu’on continue avec nos valeurs pour pérenniser notre Made In France et que ça devienne une valeur sure.

Rendez-vous sur le site Nodie’s pour découvrir la collection proposée par Tine !

Et si vous voulez aller plus loin sur la maroquinerie éthique, cet article pourra éclairer vos lumières.

Isabelle, du blog UPPLP

Note: toutes les photos de cet article sont la propriété de la marque Nodie’s.

Isabelle
 

Fondatrice et rédactrice du blog Un Pas Pour La Planète, le blog qui vous aide à réduire vos déchets et à contribuer à la protection de l'environnement. Concernée par la nature et la pollution depuis mon jeune âge, je souhaite vous aider à changer votre façon de vivre, améliorer votre quotidien tout en prenant soin de la planète que nous laisserons à nos enfants.

Suivez les commentaires de cet article
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire!x
()
x