Des labels pour bien choisir nos aliments

bien-choisir-alimentation-upplp

Bien manger et savoir ce que nous mangeons est devenu une de nos priorités. Les labels alimentaires sont là pour nous aider. Mais honnêtement, ils sont tellement nombreux, qu’on s’y perd ! Faisons ensemble un tour d’horizon des labels à notre disposition en France.

Qu’est-ce qu’un label ?

Un label est un pictogramme, une image, dont le rôle est d’informer le consommateur sur différentes caractéristiques des produits alimentaires, basées sur des cahiers des charges. Ces caractéristiques peuvent être :

  • Origine
  • Composition (bio, OGM notamment)
  • Recette
  • Valeurs éthiques lors de sa création

Ces labels peuvent avoir une définition règlementaire. C’est le cas des labels européens, comme l’Eurofeuille, ou nationaux ainsi que de mentions « valorisantes ».

Il existe aussi des labels indépendants à échelle nationale ou internationale comme le Max Haverlaar Fair Trade.

Donc oui, cela fait une sacrée diversité dans les labels et on peut vite se sentir perdu. Pas de panique, faisons le tri ensemble.

Petite note pour mes amis végétariens et Vegans : le but de la présentation de ces labels est de savoir ce qu’on nous vend. L’objectif n’est pas (en tous cas, pas ici et aujourd’hui) d’ouvrir le débat sur la consommation de produits d’origine animale. On pourra en discuter une autre fois.

Les labels bios

L’Eurofeuille

eurofeuille

C’est le label européen pour les produits issus de l’agriculture biologique. Son cahier des charges est défini de façon règlementaire.

Les produits portant ce label sont composés à 100% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique (AB) ou à 95% minimum si les 5% restants sont un ingrédient qui n’est pas disponible en AB.

A côté du label, vous trouverez une indication du lieu de production qui peut être hors Union-Européenne. Dans ce cas, la mention du pays tiers n’est pas obligatoire mais les ingrédients « hors UE » doivent tout de même être certifiés … par un organisme du pays exportateur.

Donc par exemple, vous pouvez acheter un miel bio d’origine UE et hors UE. Reste à savoir de quel pays il vient et si ce pays a des normes AB aussi strictes que l’UE….

Bref, dans tous les cas, le cahier des charges AB en Europe se veut véhiculer des bonnes valeurs :

  • Une alimentation de qualité
  • Le respect du bien-être des animaux d’élevage
  • Ne pas nuire à l’environnement
  • Ne pas nuire à la santé
  • Promouvoir une agriculture durable
  • Préserver la biodiversité

Le label AB (Agriculture Biologique, label Français)

certifie-AB

Pour faire simple, c’est le même que l’Eurofeuille mais en version Française. D’ailleurs ils sont souvent apposés l’un à côté de l’autre.

Des labels bios et indépendants :

Là aussi, il en existe un petit paquet ! Ce sont des labels français ou internationaux. Et ils sont souvent plus stricts que le label européen.

Pour n’en citer que quelques-uns :

logo-biocoherence

Biocohérence :

C’est un label européen qui est un peu plus strict.

bleublanccoeur-logoBleu Blanc Cœur :

Celui-ci est français et sa mission est de promouvoir une meilleure alimentation des animaux d’élevage et des Hommes en travaillant sur l’équilibre en acides gras des aliments notamment.

demeter-logoDemeter :

Ce label est international. En plus du cahier des charges bio, il inclut des notions de biodynamisme, de fertilisation exclusivement naturelle etc.

nature-et-progres_logoNature et Progrès :

Ce label, lui aussi international, est aussi un label bio plus strict avec une prise en considération du bien-être animal (taille des élevages plus petite), des saisons, des écosystèmes…

Les labels indiquant l’origine des produits

Eh oui : on veut manger local et sinon on veut savoir d’où vient ce qu’on mange ! Pas si simple !!

AOP, IGP, AOC

Ces labels sont européens pour les 2 premiers et français pour le 3e. Leur rôle est de renseigner le consommateur sur l’origine des aliments et aussi de protéger ces origines car il s’agit de terroirs.

  • AOP : Appellation d’Origine Protégée
  • AOC : Appellation d’Origine Contrôlée (plus vaste que son cousin européen l’AOP)
  • IGP : Indication Géographique Protégée

AOPAOCIGP

Donc avec ces labels, nous pouvons être rassurés sur l’origine d’un aliment préparé. Il n’est pas forcément bio. Mais ce n’est pas incompatible non plus.

Viande de France

logo-viandes-de-france

Le label Viande de France a trouvé son intérêt après la crise de la vache folle. Les viandes portant ce label présentent l’avantage d’avoir été intégralement « traitées » en France. Selon son cahier des charges, ce label s’intéresse uniquement à la traçabilité : élevage, abattage, conditionnement en France. Point.

Quel est son intérêt au final ?

La France étant positionné contre l’utilisation d’hormones de croissance pour l’élevage des bovins notamment, on peut être tranquilles de ce côté-là.

Deuxième intérêt, certes limité, mais vous saurez que l’animal que vous consommez n’a pas traversé la moitié de la planète pour arriver dans votre assiette.

L’estampille sanitaire

Il s’agit de cet ovale qu’on trouve sur nos produits d’origine animale. On pourrait croire qu’elle nous indique le lieu d’origine d’un produit ? Eh bien, qu’en partie.

estampille-sanitare-UPPLP

Même si cette dernière donne des renseignements sur l’établissement qui a conditionné le produit, il n’y a pas de garantie sur l’origine de la matière première.

Par exemple, mon beurre ici en photo… Je viens de découvrir qu’il vient de Belgique. Dommage… je ferai plus attention la prochaine fois. Mais qui dit que le lait vient aussi de Belgique ? Tant qu’il est bio (vu que mon beurre porte l’Eurofeuille et le logo AB), il peut provenir d’ailleurs en Europe (la mention hors UE n’apparaissant pas, ouf).

etiquette-beurre-bio-upplp

Des labels qui véhiculent des traditions et de la qualité gustative

Je trouve ces labels assez intéressants car ils valorisent du savoir-faire français. Cocorico ! Au-delà de ça, il y a un effort de fait sur la qualité du produit fini qui est intéressant. On est d’accord qu’un poulet Label Rouge de Loué élevé en plein air ou un poulet fermier seront bien meilleurs (au risque de choquer nos amis végétariens et Vegans, désolée) qu’un poulet élevé en batterie…

label-rougeLabel Rouge

Ou devrais-je dire LES labels rouges car il y en a plus de 400 à l’heure actuelle pour différents aliments et par que le poulet !

L’objectif du label rouge est d’attester d’une meilleure qualité organoleptique (globalement l’apparence et le goût) d’un produit comparé au produit courant. C’est tout et c’est déjà pas mal.

Mais cela ne garantit pas que le produit soit local, sauf s’il est rattaché à une IGP par exemple comme le Poulet de Loué.

Mentions valorisantes

Si si, vous les connaissez : « fermier », « produit à la ferme », « produit de montagne »… C’est ça les mentions valorisantes. Elles sont règlementairement encadrées.

Par exemple pour le « produit à la ferme », cela certifie que le produit est fait avec des ingrédients majoritairement produits à la ferme et surtout que la production est traditionnelle (en opposition à une production industrielle). En soit, cela a déjà de la valeur.

STGSTG

C’est pour Spécialité Traditionnelle Garantie

C’est une appellation européenne qui garantit une recette traditionnelle. Elle a pour but de protéger le savoir-faire, les traditions et de lutter contre les imitations. Appellation européenne mais qui peut aussi être appliquée à des produits non européens.

Des labels liés à des valeurs éthiques

Le bien-être animal

  • AB et Eurofeuille : les labels AB français et européens comportement des mentions concernant le bien-être animal dans les élevages, notamment concernant la surface accessible à chaque animal, des lieux de repos, le respect des besoins de chaque espèce etc.
  • Viandes de France : comme mentionné avant, le seul intérêt mais pas des moindres est d’être sûr que l’animal n’a pas parcouru un continent entier pour arriver à l’abattoir.
  • Le cas des œufs : nous sommes tous d’accord, enfin j’espère, qu’une poule étant un animal, elle a besoin de pouvoir bouger et tant qu’à faire voir la lumière du jour.

Il y a donc un numéro sur les œufs qui vous informe de ce point :

  • 0 : œuf issu de l’agriculture biologique et de poules élevées en plein air
  • 1 : œuf issu de poules élevées en plein air
  • 2 : œuf issu de poules élevées au sol
  • 3 : œuf issu de poules élevées en cages

A la suite du chiffre, il y a aussi un code avec des lettres indiquant le pays d’origine.

Donc privilégions des œufs « 0 » ou en cas de rupture de stock « 1 ».

 

Le commerce équitable

Savez-vous ce qu’est le commerce équitable ?

Dans les grandes lignes, le commerce équitable s’est développé sur la scène internationale pour que les grosses compagnies agroalimentaires achètent des matières premières à des petits producteurs à un prix qui se veut juste. Il s’agit donc d’encourager des valeurs et des bonnes pratiques : revenus corrects pour les plus pauvres, bonnes conditions de travail, égalité des sexes, ne pas faire travailler les enfants, bannir l’esclavagisme…

Quels labels pour le commerce équitable :

Il y en a certainement d’autres. Voici les plus courants :

logo_bio-partenaireBiopartenaire :

C’est un label international qui a l’avantage de combiner le bio au commerce équitable.

Max Havelaar Fair Trade et World Fair Trade Organization :

Max_Havelaar_Logoworld-fairtrade-organization

Ce sont les labels internationaux les plus présents sur le marché qui soutiennent le commerce équitable. Ces associations proposent des programmes spécifiques pour certaines matières premières (même hors alimentation) comme le coton, le sucre de canne et le cacao. D’ailleurs, même le chocolat de Lidl est estampillé « Fair trade cocoa program ! »

La lutte contre la déforestation

rainforest-alliance-certified-seal-lgRain Forest Alliance :

Cette association s’intéresse en particulier à la lutte contre la déforestation associée à la production de thé, café et fruits exotiques.

Respect de l’environnement aquatique

Et pour finir, on fait comment si on veut manger du poisson respectueux de l’environnement ? 2 labels sont à privilégier : ASC et MSC, 2 labels portés initialement par WWF.

logo-ascASC : Aquaculture Stewardship Council

C’est un label qui promeut une aquaculture responsable. L’idée est d’éviter d’utiliser pour l’élevage de poissons et crustacés des produits chimiques qui seraient nocifs pour l’environnement et la santé. Il y a aussi un engagement à la protection de la faune sauvage et de la biodiversité par la mise en place de solutions pour éviter que des espèces d’élevage ne s’échappent et perturbent les écosystèmes.

LOGO-MSCMSC : Marine Stewardship Council.

Pour ce label, cela concerne cette fois la pêche responsable. Elle doit se faire en respectant les écosystèmes et les stocks de poissons.

Ok, mais au final, on choisit quels labels ???

Pour ma part, j’essaie de trouver un équilibre entre la production locale (mon magasin bio indique avec une étiquette spéciale en rayon ce qui est produit à moins de 90km) et la production bio.

Donc je cherche le logo AB ou l’Eurofeuille. Attention de bien vérifier l’origine des matières premières dans le cas de produits transformés.

Je guette les producteurs locaux.

Côté valeurs, je vais privilégier des produits encourageant le bien-être animal (AB, viandes de France, œufs bio ou a minima de plein air). Et lorsque j’achète des produits plus exotiques comme le thé, le café et le chocolat, je privilégie des filières liées au commerce équitable.

labels-alimentaires-upplp

Et vous, à quels labels faites-vous confiance quand vous faites vos courses ?

 

Isabelle
 

Fondatrice et rédactrice du blog Un Pas Pour La Planète, le blog qui vous aide à réduire vos déchets et à contribuer à la protection de l'environnement. Concernée par la nature et la pollution depuis mon jeune âge, je souhaite vous aider à changer votre façon de vivre, améliorer votre quotidien tout en prenant soin de la planète que nous laisserons à nos enfants.

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Suivez les commentaires de cet article  
Me notifier des